21/12/2009

MARCEL VERVLOESEM: RISQUE DE MORT - HOSPITALISATION INDISPENSABLE

21-12-2009 - Actualiteit



Communiqué Associations Werkgroep Morkhoven et Tevirepedo

Marcel Vervloesem nous a téléphoné vers 20 heures de la prison de Turnhout. Il se sent très mal. Ses défaillances cardiaques, rénales, son cancer métastasé et son diabète insulinodépendant l’ont obligé une vingtaine d’hospitalisations et de nombreuses opérations.

Son cancer n’est pas traité depuis septembre 2008. Il a maigri de 8 kilogrammes en trois semaines, mais il n’aurait qu’une « grosse bronchite ». Son taux de sucre dans le sang est si élevé depuis 10 jours, qu’il dépasse ce que le mesureur de glycémie de la prison peut calculer. Il est donc constamment maintenu dans un risque de coma diabétique et d’attaque cardiaque mortelle.

Les médecins lui ont prescrit une autre insuline, mais le taux de glycémie, descendu à peine un jour, puis est à nouveau si élevé qu’il est maintenu en danger de mort. Il est médicalement incompréhensible qu’il ait échappé au coma mortel. Il reste allongé toute la journée. Il est gêné par des vertiges constants, des étourdissements et du fait qu’il ne voit quasi plus rien.

À vrai dire Marcel devrait être hospitalisé immédiatement mais le ministre de la Justice De Clerck, son Directeur Général des prisons et son Médecin Chef des prisons le refusent. Ils sont parfaitement au courant de la situation parce que je leur ai écrit et que j’ai téléphoné la semaine passée au cabinet du ministre « qui a transmis le message», trouvent une situation semblable apparemment normale.

L’avocat de Marcel a téléphoné hier à la direction de la prison de Turnhout. L’un des directeurs, Eric Geudens lui a répondu que « tout était normal ». Ce même Geudens a récemment fait un rapport écrit destiné au tribunal d’application des peines pour dire que sa libération conditionnelle ou ses congés pénitentiaires de Marcel impliquaient « un risque par son engagement auprès des associations contre la pédophilie qui font un usage avide des médias ». L’an dernier, Geudens a aussi assuré qu’il n’y avait aucune raison d’hospitaliser Marcel, alors que le lendemain, il n’avait plus que 24 battements cardiaque par minutes, et que les médecins de l’hôpital de Turnhout ont passé 13 heures à le réanimer.

Le danger inhérent aux prochains jours fériés s’aggrave. Tant que le Directeur Général des organisations pénitentiaires et le ministre De Clerck (que j’ai à nouveau appelé aujourd’hui par mail) n’entreprendront rien et s’opposent à une hospitalisation, le danger de mort sera maintenu. Il est impossible à la famille d’avoir des contacts avec les médecins responsables. Les infirmières quittent la prison de 8h00 le soir et 7h00 le matin. Les gardiens de prison n’ont pas les moyens de contrôler ou diagnostiquer si Marcel dort ou s’il est tombé dans le coma. Je reprends contacts avec tous services avec le cabinet du ministre De Clerck. Je lui enverrais des faxes pour qu’il ne puisse pas prétendre ignorer la mort qui menace Marcel. La presse et les députés parlementaires sont mis au courant par un court communiqué de presse.

Jan Boeykens
Président du Werkgroep Morkhoven
vzw Werkgroep Morkhoven
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis
werkgroepmorkhoven@gmail.com

Mangione Martine
Présidente de l'asbl Marcel Vervloesem-Tevirepedo
30 rue Henri Barbusse
94800 Villejuif
Tevirepedo@droitfondamental.eu

kaartMarcel Vervloesem:

Gevangenis Turnhout
t.a.v. Marcel Vervloesem
Afdeling 4, cel 86
Wezenstraat 1
2300 Turnhout

vzw Werkgroep Morkhoven - kinderpornozaak Zandvoort - réseau Zandvoort:

Werkgroep Morkhoven - Wordpress
Zandvoortse kinderpornozaak
video's - Zandvoort en aanverwanten (1)
video's - Zandvoort en aanverwanten (2)
Werkgroep Morkhoven - Skynet

22:18 Écrit par dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Les autorités font tout pour étouffer définitivement l'affaire Zandvoort. En France, Stan Maillaud et sa copine avaient des problèmes. En Hollande Micha Kat du site web (Klokkenluiders, affaire Zandvoort et Demminck) a été arrêté et est libéré sur condition qu'il se tait.
En Hollande, les rédacteurs de site web Argusoog qui ont publié beaucoup d'articles autour l'affaire Zandvoort et ont interviewé Marcel Vervloesem, étaient intimidés et menacés par la Justice.
En Belgique, il y a quelques mois que Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven a été à nouveau accusé et enfermé en prison. Il est à nouveau libéré mais sous des nouveaux conditions. Il y a quelques jours que le membre du Parti socialiste du conseil municipal de la ville de Herentals (Belgique) qui organisait toutes les plaintes et la campagne de média contre Marcel Vervloesem, a menacé via des messages sur son GSM la petite fille aînée de Marcel Vervloesem. On a porté plainte mais l'homme qui est extrêmement bien protégé par la Parti socialiste et la Justice tandis qu'il y a une trentaine de procès-verbaux de lui concernent l'abus sexuel des petits garçons, a commencé de menacer la fille et la petite fille de Marcel Vervloesem via un GSM avec un numéro anonyme qui est facilement à localiser par la police judiciaire. La problème dans cette affaire est que cet homme est devenu un membre du conseil de la police et que la justice de Turnhout qui a étouffé l'affaire Zandvoort le reste protéger. Une autre problème est que le procureur Jan Poels du tribunal de Turnhout a été nommé comme chef de cabinet du ministre de la justice belge, A. Turtelboom.

Et enfin il y a quelques jours que Belgacom/Skynet a encrypté toutes les blogs du Werkgroep Morkhoven. Les pages de web de ces blogs étaient bloquées sur Google. Hier presque toutes les pages ont disparus du Google et des autres robots de recherche d'internet. Il n'y avait aucune réponse sur les plaintes chez la service de Belgacom/Skynet.
On est censuré et effacé d'internet comme des membres du Parti socialiste l'avaient demandé par plusieurs reprises.

Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven

Écrit par : Morkhoven | 31/12/2012

Les commentaires sont fermés.